Ce tableau implique l’oeuvre “Saturne dévore ses enfants” réalisée entre 1636-1638 par Peter Paul Rubens.
Saturne, identifié comme étant le dieu Kronos dans la mythologie grecque, fit, selon la légende, castrer son père. Alors que lui fut prédit qu’il serait privé du pouvoir par son fils, et pour parer au pire, il dévora ses cinq premiers enfants. Seul Jupiter, le sixième, survécu grâce à sa mère Ops, qui le cacha sur l’île de Crète. C’est lui, Jupiter qui finalement renversa son père.
Dans l’oeuvre “altior potentia”, Saturne s’apprête à dévorer la planète dépravée “Terre”. Debout sur une montre dépourvue d’aiguilles, aux chiffres inversés, il ne reste que secondes. Le monstre n’agit pas seul. Il pend aux fils d’une puissance supérieure. Un nouveau et meilleur monde s’ouvre à l’arrière-plan. Issus de ce nouvel univers de lumière: cinq colombes (cinq fils?). Elles jouissent de toute liberté. Le sixième volatile (Jupiter) – colombe transformée en rapace – s’apprête à fondre sur Saturne, lui-même sur le point de dévorer l’ancien monde obsolète. Une nouvelle ère émerge.
Huile sur toile/transpondeur, 120x80cm. 2018.